Contexte et questionnements

Une multitude de chercheurs[1] ont consacré leurs travaux aux coopératives. Car le sujet est complexe : en France notamment, le mouvement coopératif représente des groupements divers tels que les coopératives d’entreprises, les coopératives bancaires, les coopératives d’utilisateurs ou d’usagers, les Scop, les Scic, les CAE dans tous les secteurs d’activités. Bien que toutes ces coopératives soient singulières parce qu’elles « incarnent l’utopie du juste équilibre entre l’économique et l’humain »[2], aucun chercheur n’a fait le choix d’avoir recours à l’audiovisuel comme outil de travail à la différence des chercheurs sur le paysage ou des anthropologues. Actuellement saluées dans de nombreux pays du monde comme « les entreprises les plus en­gagées dans un développement économique res­pectueux des droits sociaux et de l’environnement à la différence du modèle capitaliste » (l’Alliance coopérative internationale-ACI), des chercheurs s’intéressent à cette autre forme de fonctionner quel que soit secteur d’activité. Parmi eux, J.F Draperi a publié de nombreux articles dans la revue LA RECMA[3] et plusieurs ouvrages de références[4] allant dans le sens de l’Alliance coopérative internationale-ACI qui considère que « les coopératives apparaissent comme un moyen privilé­gié pour lutter contre la dégradation de l’environne­ment et l’épuisement des ressources, contre un sec­teur financier instable, l’augmentation de l’inégalités et l’insertion des jeunes ». Pour l’ACI, ce résultat est possible du fait du fondement de la coopérative : « une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement »[5] même si elle connait des paradoxes Audebrand (2017)[6].

Chercheure engagée dans l’étude sur la coopération et les solidarités, nous avons mobilisé le medium audiovisuel pour aller sur le chemin tracé par JF. Draperi[7] et contribuer à faire découvrir cette alternative économique. C’est pourquoi nous signé un contrat de recherche entre le laboratoire de recherche ESO UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés et la librairie papeterie SADEL dont le suivi, pendant 3 ans[8], met en lumière la complexité d’une transformation statutaire et d’une fusion vers une société coopérative et participative. Les motivations entre les dirigeants de l’entreprise et de la chercheure étaient complémentaires : 1- Laisser une trace d’une histoire qui correspond à un virage pour l’entreprise (celui d’un changement d’échelle avec la fusion de 3 entités sur 3 sites différents) ; 2-Valoriser un modèle d’entreprise qui propose un fonctionnement où la place des salariés leur permet de participer aux choix stratégiques de leur entreprise  (le statut de société coopérative et participative) ; 3-Proposer un format qui permette une médiation scientifique touchant un large public. L’idée d’une réalisation audiovisuelle en a découlé car peu de documentaires[9] existent sur les coopératives, encore moins ceux abordant la Société Coopérative et Participative-SCOP[10] et encore moins ceux réalisés dans le cadre d’une recherche. Scoper est le seul à notre connaissance

Il s’agit pour nous d’analyser comment et pourquoi l’usage de l’image animée a eu des impacts dès la captation et comment la « fiction documentaire » (François Niney, 2000) crée une narration subjective dans laquelle les salariés sont de véritables acteurs. A partir, d’un contexte « micro », le projet est de mobiliser les espaces habités par les salariés à travers les lieux d’implantation des différents sites de l’entreprise pour comprendre le degré de cohésion interne et le rapport entre culture locale et « culture englobante » : y a-t-il une perception interne, originale et unique propre à chaque site de production (3) et des magasins (5) ? Quelle est la part du sensible inhérent aux événements durant les trois années de suivi de l’entreprise (Fabienne Le Houérou, 2019) jouant sur les perceptions qui se retrouvent (ou pas) à travers toutes les entités de l’entreprise ? Nous souhaitons aussi questionner la contribution de l’audiovisuel à la ressource territoriale (Frémont, 2007 ; Gabriel Colletis, Bernard Pecqueur, 2018) : comment un documentaire active-t-il le « caractère caché » de la ressource sur un/des territoires donnés ainsi que ses spécificités, ses potentialités et sa renouvelabilité ? Constitue-t-il un paramètre du patrimoine territorial (Camagni, 2017 ; Landel et Senil, 2009) ?

Ce travail de mise en lumière et de compréhension a pour but de faire émerger la portée et le rôle du cinéma dans la recherche, au-delà de l’intention de la réalisatrice qui a tenté de donner à voir la complexité de la coopération et des coopératives. Il consiste à re-garder notre production avec du recul et de la réflexivité en nous appuyant sur la démarche « géodocumentaire » qui « s’appuie sur l’incorporation d’un regard géographique sur la géographie vécue » (Raoulx, 2009).

Nous posons l’hypothèse que notre travail permet d’étudier a postiori, les dimensions spatiales qu’offre le médium audiovisuel. Il interroge aussi l’incarnation de l’entreprise par ses salariés. En effet, nous avons fait le choix de porter à l’image et au son, un maximum de salariés (une trentaine) rompant avec les codes habituels de suivre deux ou trois personnages clés auxquels s’identifient habituellement les spectateurs. En tant qu’objet nous posons aussi l’hypothèse que le documentaire peut être interrogé en creux comme témoin des rapports aux espaces et sociaux.


[1] Sur le thème de la gouvernance, par exemple, nous pouvons citer : Forestier et Mauget (2001), Malo (2001), Cornforth (2004), Durance (2011), Chomel (2013), Loubaresse et Pestre (2016), etc. Sur les coopératives rares rassemblant des artisans, nous avons travaillé à partir des travaux d’Auvolat M. (1983), Billaudeau V., Poutier E., Martineau B. (2016) et pour des exemples à l’étranger nous pouvons citer notamment des chercheurs suivants : Huang et al., (2014) à Taiwan, Wu et al. (2017) en Chine, Nuñez-Nickel et Moyano Fuentes (2004) en Espagne, Eric Bidet (2016) pour la Corée du Sud, Seguin et Guererro (2010) au Canada, Néstor Alfonso Rodríguez Espinosa (2020) en Colombie, etc.

[2] Liret, 2016, p. 131.

[3] La Revue Internationale de l’Economie Sociale : http://www.recma.org/

[4]  « La République coopérative » en 2012, « S’inspirer du succès des coopératives » en 2012 écrit avec C. Le Corroller ainsi que « Ruses de riches : Pourquoi les riches veulent maintenant aider les pauvres et sauver le monde » en 2020.

[5] Déclaration du congrès de Manchester, 1995.

[6] Audebrand identifie 4 paradoxes : 1- Le dilemme entre performance sociale et performance financière ; 2-Le dilemme entre association démocratique et entreprise économique[6] (Diamantopoulos, 2012) ; 3- Les conflits d’intérêt entre les multiples parties prenantes (Smith and Lewis, 2011) ; 4-Le dilemme dans l’évolution de la structure face aux nouveaux défis, entre conservation de l’esprit alternatif aux entreprises traditionnelle et devenir « mainstream ».

[7] En 2014, avec le soutien de CoopFr et du Ministère de l’Economie Sociale et Solidaire, JF. Draperi conçoit un Support de cours « Les entreprises coopératives » destiné aux enseignants et intervenants ayant à présenter les coopératives et le mouvement coopératif devant un public non spécialiste. Il est conçu comme un manuel et peut être utilisé comme support d’intervention ou comme document de travail communiqués aux élèves ou auditeurs.

[8] Les images ont été filmées lors des comités de pilotage, les conseils d’administration, les assemblées générales, les interviews des salariés, des administrateurs, des fondateurs, etc. et constituent un réservoir d’images original et unique.

[9] Parmi eux : « Food Coop » de Tom Boothe en 2016, « L’expérience Cecocesola » de David Ferret et Ronan Kerneur en 2014 qui montrent deux succès, les autres documentaires réalisés montrent des entreprises en difficultés comme « Entre nos mains » de Mariana Otero en 2010 ou encore « Merceron SCOP-SA » de Gabrielle Gerll et Romain Lardot en 2011.

[10] Par exemple : Le goût de l’espoir de Laura Coppens sorti en 2019 qui raconte l’histoire de 42 employés (sur les 182 à l’origine) qui réussissent à créer la Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusion (Scop-Ti).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search