De Sadel à SavoirsPlus

La Sadel (Société Angevine d’Edition et de Librairie) existe depuis 60 ans. Elle n’aurait pu naître sans la volonté commune des mouvements laïques. Dans les années 1950, FOL (Fédération des œuvres laïques), FEN (Fédération de l’Education nationale), SNI (Syndicat national des instituteurs), DDEN (délégués départementaux de l’Education nationale) et FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) s’unissent pour faire face à la primauté de l’enseignement catholique en Maine et Loire.

Origines de la Sadel

Deux hommes, Albert Charleux et Elie Beaupère, contribuent à mettent en œuvre un projet militant : soutenir les instituteurs de l’école publique pour favoriser l’égalité des chances.

La Sadel sous l’impulsion de Claude Ménard, son PDG, se développe en prospectant les départements de l’Ouest (1968 à 1979) et connaît une progression de ses ventes au niveau régional (années 80). En mai 1985, la Sadel choisit de compléter et d’adapter son offre en proposant une librairie : Contact à Angers. Elle étend ensuite son activité sur le Grand Ouest au début des années 1990 par le biais d’un partenariat avec la C.U.C. (Coopérative de l’Université Club), première librairie scolaire de France. Ce partenariat avec la CUC permet à la SADEL de s’installer sur 3 000 m2 avec un outil moderne de travail en zone industrielle près d’Angers. C’est aussi dans ces années qu’un rapprochement commercial, informatique et de mutualisation des achats, voit le jour. Les sociétés CUC, NLU et SADEL avec des constructions juridiques différentes, entament des liens qui les amèneront à se structurer dans un même groupe pour affronter la concurrence et avoir une dimension nationale.

Transformation

Le projet de recherche se concentre sur la coopérative de consommateurs spécialisée dans la librairie et la papeterie scolaires : la SADEL. Son développement économique ne l’a pas détourné de ses valeurs qu’elle défend depuis son origine et qui constituent son socle ; l’égalité des chances pour l’accès au savoir dans les écoles publiques.

Le 27 septembre 2017, les membres du conseil d’administration de la coopérative SADEL, composé essentiellement de consommateurs, ont voté à l’unanimité leur passage en Scop, c’est-à-dire, une gouvernance ancrée sur la participation des salariés.

Ils ont voté la fin de leur pouvoir pour le transférer à leurs salariés en comptant sur la « solution démocratique » comme nouvelle étape pour la SADEL.

C’est le premier niveau du projet qui a pour but de constituer le groupe SavoirsPlus avec la scop NLU à Monéteau.

Entre prolongement des origines et inscription dans le futur, la scop Sadel va s’attacher à faire vivre ses valeurs tout en affrontant les différents paradoxes qui ne manqueront pas d’émerger[1].


[1] Diamantopoulos, 2012.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search