Projet de recherche

Ce projet est né dans le cadre d’un travail de recherche (convention signée entre le laboratoire de recherche ESO-UMR 6590 de l’Université d’Angers et la Sadel) que nous avons initié à l’automne 2017 pour observer l’évolution de l’entreprise Sadel.

Posture de recherche…

Nous avons choisi une posture d’observation participative périphérique[1] lors de l’année 2018 avec les 8 Comités de pilotage 2018 d’une journée de travail animés par l’URSCOP, 5 Conseils d’administration (septembre 2017, février, avril, mai 2018) et l’assemblée générale du 12 juillet 2018 et avons enregistré en vidéo toutes ces étapes. Notre observation a pour but, à la fois de comprendre les enjeux pour l’entreprise, comme les points clés ayant un impact pour les salariés afin de nourrir le contenu des entretiens. Cette démarche sera réitérée pour l’année 2019 et l’assemblée générale du groupe SavoirsPlus en 2020.

Pour les entretiens, nous avons choisi une démarche ethnographique avec les 4 Administrateurs Sadel, 3 Fondateurs Sadel et 41 salariés sur tous les sites de Savoirsplus (Brissac, Angers, Vannes, Rennes, Nantes, Monéteau, Loriol). L’année 2019 va permettre de compléter ces entretiens avec de nouveaux salariés mais aussi certains qui pourront s’exprimer une seconde fois pour avoir leur avis sur l’évolution de leur projet 

Méthodologie

Les entretiens débutent pour tous les salariés de la même façon en leur demandant de préciser la façon dont ils sont arrivés à la Sadel ? Puis les questions varient en fonction du propos et de l’avancée dans le processus de la mise en place de la scop. Comme le décrit Palmer (1928) : « l’entretien non structuré peut sembler ne comporter aucune espèce de structuration mais, en réalité, le chercheur doit élaborer une trame à l’intérieur de laquelle il conduit son entretien ; l’entretien non structuré est flexible, mais il est contrôlé ». L’objectif, dans le cadre de notre enquête, est de saisir comment les salariés vivent et se positionnent dans le projet de transformation de leur entreprise ?

Pour cette première phase d’enquête, nous nous sommes entretenus avec les salariés volontaires en les incitant à parler librement et naturellement de leurs expériences afin que le déroulement libre de la rencontre fasse surgir une vérité (celle de chacun). Nous avons tenté d’établir, dans chaque cas, la confiance en filmant d’abord l’environnement de travail des salariés et en les approchant en nous intéressant à leur travail. Ainsi, nous avons pris en compte trois approches ethnographiques[2] : décrire, le plus précisément possible, la structuration du phénomène étudié ; recueillir des observations minutieuses et détaillées grâce aux enregistrements vidéo ; constituer un corpus de données multiples et variées pour décrire le phénomène étudié, à savoir la transformation de la Sadel en scop.

Un article a été publié début 2019 dans la revue La Recma : http://recma.org/article/dune-cooperative-de-consommateurs-la-scop-sadel-concevoir-une-gouvernance-partagee


[1] Le chercheur participe suffisamment au phénomène étudié pour être considéré comme un membre à part entière, sans incarner un rôle important au sein de celui-ci. (Adler et Adler, 1987)

[2] Malinowski, 1963.