Entretien avec la réalisatrice

Comment l’idée du film vous est-elle venue ?

Ce projet est né suite à un partage d’expériences dans le cadre du réseau de l’économie sociale et solidaire en Anjou-IRESA dans lequel je suis membre fondatrice et engagée. P. Moysan, vice-Président de ce réseau et dirigeant de la coopérative Sadel, évoque l’évolution de son organisation en Scop. La Sadel est une libraire papeterie connue avec un poids important au niveau local. Cette décision de renforcer la démocratie en transmettant les « clés » aux salariés et de changer d’échelle est inédit sur notre territoire. C’est pourquoi, nous décidons de trouver le moyen de laisser une trace de cette histoire à travers un documentaire. L’idée pour moi est de montrer qu’une entreprise en bonne santé financière peut faire le choix de s’organiser en société coopérative et participative. Il ne s’agit pas de management participatif mais d’un statut (SCOP) qui doit permettre un fonctionnement démocratique et mettre chaque salarié au cœur des décisions stratégiques. Mon engagement dans l’économie sociale et solidaire m’incite à regarder et valoriser le faire ensemble autrement, notamment au travail, pour une société plus équitable. Le choix de l’image s’est imposé pour faciliter l’accès au plus grand nombre.

Pourquoi un documentaire en tant qu’enseignante chercheuse ?

Dans le cadre de mon travail de recherche sur l’économie sociale et solidaire, j’ai donc signé, à l’automne 2017, une convention entre mon laboratoire de recherche ESO-UMR 6590 de l’Université d’Angers et la Sadel. Les dirigeants et les salariés souhaitaient laisser une trace de leur “aventure collective”, faire connaître leur démarche et démontrer l’intérêt de ce mode d’organisation en Scop. De mon côté, cette opportunité me donnait l’accès et un suivi d’une entreprise en mutation, de l’intérieur. J’ai ainsi récolté des trésors de parcours de vie et d’impressions. J’ai pu comprendre des positions et des tensions. Je suis rentrée dans le fonctionnement d’une organisation avec ses activités diverses et ses réactions. Cette première phase d’observation a permis de valider le projet d’un documentaire accessible pour le plus grand nombre. Car les articles produits par les chercheurs sont souvent lus par des cercles restreints universitaires. Cette forme « originale » de production scientifique veut ouvrir au grand public des résultats issus de la recherche empirique. Elle nous oblige à faire des choix dans les messages à transmettre, à clarifier le propos et ne nous empêche pas d’écrire des articles. Ce documentaire est donc aussi une invitation à diffuser différemment nos recherches pour que l’expression qui se veut humoristique « il y a beaucoup de chercheurs qui cherchent et il y en a peu qui trouvent » se dissolve dans une meilleure reconnaissance des travaux passionnants et considérables réalisés par les chercheurs.

Comment avez-vous produit ce film ?

Le suivi et les tournages ont commencé fin 2017 et se sont arrêtés en février 2020 lors de l’assemblée générale constitutive du groupe SavoirsPlus. La capture d’images vidéo avait un triple objectif : 1) dans le cadre de la recherche, de fournir un contenu fidèle facilitant l’analyse ; 2) dans le cadre de la Sadel/SavoirsPlus, de laisser une trace de leur histoire ; 3) dans le cadre du projet de documentaire, de réaliser des images pour mener à bien le scénario du documentaire. J’ai choisi une posture d’observation participative[1] pendant 3 années[2]. Avec ma caméra, je me suis fondue progressivement dans les murs de l’entreprise. Cette observation avait pour but de comprendre les enjeux pour l’entreprise et les points clés ayant un impact pour les salariés afin de nourrir le contenu des entretiens. J’ai aussi mené des entretiens avec presque 50 salariés volontaires sur tous les sites de Savoirsplus (Brissac, Angers, Vannes, Rennes, Nantes, Monéteau, Loriol) dans une démarche ethnographique ainsi que 4 Administrateurs Sadel, 3 Fondateurs Sadel. L’objectif, dans le cadre de notre enquête, était de saisir comment les salariés vivent et se positionnent dans le projet de transformation de leur entreprise ?

Le film est auto-produit : une façon de pouvoir réaliser un film de façon légère et sans attendre d’obtention de budget. Les temps d’enquête et de suivis, « caméra au point » ont fait partie de ma recherche. Le temps de montage a été mis à disposition par notre institution, l’Université d’Angers, par l’intermédiaire de Manuel Rouger et Guillaume Bastien, techniciens audiovisuel. La Sadel a financé la musique, la voix off, la post production, du soutien à la diffusion. Atmosphères Production a également acceptée de soutenir ce documentaire pour l’accompagner dans sa diffusion ainsi que l’ADDES.

Au-delà de SavoirsPlus, votre film pose des questions fondamentales sur le travail autrement…

Le documentaire s’appuie sur l’exemple d’une coopérative de consommateurs spécialisée dans la librairie et la papeterie scolaires, la SADEL qui se transforme en Scop SavoirsPlus. Les salariés se sont attelés à des tâches d’envergure notamment pour la partie statutaire, pour être des relais d’information, pour préparer les comités de pilotage en se répartissant le travail, pour faire remonter de l’information, pour mobiliser, etc. Pendant deux années, les salariés des comités de pilotage ont construit le projet de Scop en représentant leurs collègues, en osant prendre la parole, en exprimant des points de vue, en s’affrontant parfois, en posant des questions tout en étant à l’écoute les uns des autres. Leur concentration et leur attention pour l’évolution de leur entreprise montrent le sérieux avec lequel ils ont pris leur rôle et leur engagement. Il est donc possible de travailler en étant partie prenante dans son environnement de travail tout en étant décisionnaire. Les interviews réalisées révèlent qu’ils ont vécu une expérience unique les ayant fait grandir tant dans les apprentissages vis-à-vis du projet que sur le volet humain. Une autre façon de travailler est donc possible grâce à la démocratie, l’engagement et la redistribution des richesses.

Que souhaiteriez-vous dire au public ?

A travers l’exemple de la Scop SavoirsPlus dans le paysage des coopératives, je souhaite faire découvrir comment des salariés quels qu’ils soient, quel que soit le secteur d’activité, peuvent être aux commandes de leur entreprise. Dans cet exemple, ce n’est pas un grinçant « Merci patron » mais un remarquable « Bravo scopers » envers celles et ceux qui remontent leurs manches pour agir.

Ainsi, je souhaite porter à la connaissance du plus grand nombre l’intérêt et la complexité de la coopération. En racontant les défis à relever, les doutes, les conflits et les solutions envisagées pour transmettre les clés aux salariés associés, je veux montrer comment les salariés se sont emparés de cette opportunité, ce qui les motive, ce qui les inquiète, quels sont les résistances, les enjeux ? Quel sera le successeur ? Est-ce que le futur binôme Président-Directeur général opérationnel trouvera un terrain d’entente et d’intérêt ? D’autres salariés rejoindront-ils la Scop ? Autant de questions sur lesquelles je propose d’échanger après la projection. Le documentaire se veut être un support pour discuter avec celles et ceux qui s’interrogent, qui ont envie de se mobiliser. L’exemple de la Sadel et du groupe SavoirsPlus montre qu’une entreprise en bonne santé peut être transmise à ses salariés et qu’ils puisent les ressources nécessaires pour gérer leur entreprise de façon organisée.

 

[1] Le chercheur participe au phénomène étudié et peut être considéré comme un membre à part entière, sans incarner un rôle important au sein de celui-ci. (Adler et Adler, 1987)

[2] En 2018 :  8 Comités de pilotage d’une journée de travail animés par l’URSCOP, 5 Conseils d’administration (septembre 2017, février, avril, mai 2018) et l’assemblée générale du 12 juillet 2018.

En 2019 : 9 Comités de pilotage et l’assemblée générale du 8 juillet 2019.

En 2020 : 5 Comités de pilotage et l’assemblée générale du 17 février 2020.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search