Préparer sa révolution démocratique : l’exemple de la SADEL, coopérative de consommateurs

Proposition de communication

Pour certains, la loi B. Hamon de juillet 2014 est une première car elle a permis d’officialiser et de valoriser l’ESS. Mais elle est aussi fortement critiquée par d’autres car elle offre la possibilité à n’importe quelle entreprise prouvant son utilité sociale d’obtenir un agrément pour bénéficier d’une fiscalité favorable. Ainsi, l’ESS « historique » des associations, des coopératives, des mutuelles fondée sur le principe démocratique notamment, se retrouvent mêlées à d’autres entreprises qui font valoir leur finalité et leur utilité sociale sans intégrer le modèle démocratique dans leur fonctionnement. D’autres encore, remettent en cause depuis longtemps, le fait de mettre sous la même bannière de l’ESS autant d’entreprises de tailles, de secteurs d’activités et de fonctionnement différents. En définitive, dans la « mosaïque que représente l’ESS, deux grands types d’organisations se démarquent : d’une part celles qui œuvrent dans le “non lucratif” […], et d’autre part, des entreprises présentes dans le champ “lucratif” du secteur concurrentiel. » (Liret, 2016, p.93).

Les coopératives se situent sur le marché concurrentiel et ne se distinguent pas, en apparence, de ses concurrents. Pourtant, elles témoignent d’un équilibre possible, au sein de l’ESS, entre les contraintes économiques et les exigences de gouvernance qui incombent à leur statut. De la république coopérative (Gides) à la fin du XIXème siècle au secteur coopératif (Fauquet, 1935) de l’après seconde guerre mondiale, le mouvement coopératif mondial représentent aujourd’hui 250 millions d’emplois, un chiffre d’affaires total de 2 200 milliards de dollars et regroupent environ 1 milliards de membres. Dans les pays du G20, les coopératives emploient 12% de la population en activité (Borrits&Singer, 2017, p.47).

Ce mouvement est complexe car il représente des groupements divers tels que les coopératives d’entreprises, les coopératives bancaires, les coopératives d’utilisateurs ou d’usagers, les Scop, les Scic, les CAE dans tous les secteurs d’activités, dans les services et des industries. Des coopératives se revendiquent de l’ESS, d’autres ne soupçonnent pas en faire partie. Pourtant toutes sont singulières parce qu’elles « incarnent l’utopie du juste équilibre entre l’économique et l’humain » (Liret, 2016, p. 131). Valorisant cette spécificité, la Confédération Générale des Scop a choisi comme signature le slogan « la démocratie nous réussit », rejetant « l’idée que la démocratie serait nuisible au développement économique » (Borrits&Singer, 2017, p.95). Elle va dans le sens de l’Alliance Coopérative Internationale qui a défini, la coopérative comme «  une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs au moyen d’une entreprise dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement ». (Déclaration du congrès de Manchester, 1995) De plus, parmi les sept principes coopératifs qui constituent les lignes directrices des coopératives, celui du pouvoir démocratique exercé par les membres, arrive en seconde position ; « les coopératives sont des organisations démocratiques dirigées par leurs membres qui participent activement à l’établissement des politiques et à la prise de décision ».

La démocratie est donc un précepte au fonctionnement des coopératives bien que certaines la survole et d’autres s’appliquent à la faire vivre par des dispositifs pratiques qui s’inscrivent dans une « démocratie technique » au sens de Callon, Lascoumes et Barthe (2001) permettant d’enrichir la « démocratie délégative » par une « démocratie dialogique ». Nous nous intéressons à celles qui tentent de renforcer la démocratie au-delà des statuts.

C’est pourquoi, dans cette communication, nous proposons de faire un focus sur une coopérative de consommateurs créée en 1950 spécialisée dans la librairie et la papeterie scolaire : la SADEL. Dans les années 1970 en France, il existe une douzaine de librairies coopératives dans ce domaine illustrant le déploiement des circuits directs entre producteurs et consommateurs sous le pouvoir de ces derniers. J.F. Draperi appelle cette phase de développement des coopératives, celle de la macro-république des consommateurs (Draperi, Le Corroller, 2016, p. 192) imaginée par Charles Gides et Robert Owen. En 1989, il ne reste plus que six coopératives de consommateurs dans la librairie et la papeterie scolaire, certaines ayant fait faillite faute d’avoir su appréhender les évolutions avec l’arrivée de l’ordinateur, la nécessité de se regrouper et de gérer différemment leurs entreprises.

En 2017, la SADEL fait partie des quatre coopératives ayant survécu à la concurrence. Au fil des années, la SADEL n’a cessé de croitre avec un double objectif : développer l’école publique en soutenant les instituteurs et favoriser l’égalité des chances. La SADEL devient le leader français de la distribution de livres scolaires et s’implante sur l’ensemble du territoire français. Ses produits sont diffusés par la vente par correspondance, avec l’appui de ses commerciaux et des magasins principalement dans le grand ouest. Le développement économique ne semble pas avoir détourné la SADEL de ses valeurs qu’elle défend depuis son origine et qui constituent son socle ; elle les partage avec les trois entités qui l’ont rejoint.

Aujourd’hui, elle envisage une convergence vers un statut Scop. Comment parvient-elle à relever le défi de maintenir vivant son fonctionnement démocratique tout en se développant ? Comment renforce-t-elle la démocratie tout en préparant son changement de statut ? Comment les salariés se positionnent-ils face aux enjeux qui les concernent ? Le caractère démocratique d’une organisation comme une Scop se décèle à travers l’association des salariés et des coopérateurs dans les décisions stratégiques. Par ailleurs, la démocratie se repère à travers la participation des coopérateurs dans les actes de la gestion quotidienne (Charmettant, Juban, Magne, Renou, Vallet, 2013) avec des indicateurs tels que le taux de sociétariat, le type des organes de délibération et la gestion des ressources humaines.

A partir de l’analyse des documents produits pour préparer la convergence de SADEL, des derniers conseils d’administration auxquels nous avons participé comme observateur, d’interviews réalisés auprès des membres du conseil d’administration, auprès des salariés et de l’URSCOP qui accompagne la SADEL, nous proposons de faire ressortir la façon dont les dirigeants ont préparé une révolution démocratique dans leur entreprise ; en effet, le 27 septembre 2017, les membres du conseil d’administration de la coopérative SADEL, composé essentiellement de consommateurs, ont voté à l’unanimité leur passage en Scop, c’est-à-dire, une gouvernance ancrée sur la participation des salariés. Ils ont voté la fin de leur pouvoir pour le transférer à leurs salariés en comptant sur la « solution démocratique » comme nouvelle étape pour la SADEL. Dans une première partie, à partir de la théorie de l’enracinement (Huntzinger, Moysan-Louazel, 1999), nous soulignerons l’importance du binôme Président et Directeur avec une répartition des rôles dans une volonté de stratégie de renforcement de la démocratie. Dans un second temps, nous analyserons la façon dont le partage démocratique des savoirs, à travers la transparence, la responsabilité des dirigeants et le partage de l’information, permet de garder un cap et de renforcer le projet économique.

 

Bibliographie :

Borrits (Benoît), Singer (Aurélien), 2017, Travailler autrement : les coopératives, Éditions du Détour.

Callon (Michel), Lascoumes (Pierre), Barthe (Yannick), 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (collection “La couleur des idées”), 358 pages.

Charmettant (Hervé), Juban (Jean-Yves), Magne (Nathalie), Renou (Yvan), Vallet (Guillaume), 2013,  La qualité des relations sociales au sein des SCOP : premiers enseignements d’une enquête en Rhône-Alpes. [Rapport de recherche] Équipe Projet Scop, 91 p. <halshs-00942639>

Draperi (Jean François), Le Corroller (Cécile), 2016, S’inspirer du succès des coopératives, Dunod, Paris, 2016.

Draperi (Jean François), 2012, La République Coopérative, Larcier, Paris.

Fauquet (Guillaume), 1965, Le secteur coopératif, Institut des études coopératives, Paris, 1935.

Huntzinger (France), Moysan-Louazel (Anne), 1999, « Apports et limites des théories contractualistes de la firme appliquées à la carrière des dirigeants de coopératives. » Revue internationale, P.M.E. 124 (1999): 77–100. DOI: 10.7202/1008666ar

Liret (Pierre), 2016, La solution coopérative, Les Petits Matins, Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search